• Accueil
  • > Quand la laine devient torture

Quand la laine devient torture

La laine est souvent considérée comme une matière inoffensive puisque sa tonte ne provoque pas la mort du mouton. pourtant, derrière son commerce se cache bien des souffrances animales. Le museling, pratique australienne consistant à trancher le flanc des moutons en est la preuve. De plus, le commerce laineux provoque aussi et souvent des morts trés douloureuses pour les ovidés exportés vers le Moyen-Orient. Il existe pourtant des laines qui ne cachent pas de souffrances et même des alternatives, synthétiques ou non.

Le commerce de la laine est essentiellement concentré en Australie qui détient, à elle seule, presque un tiers du commerce mondial.

Le museling : pratique visant à enlever, à vif, la peau de l’arrière train des agneaux, afin d’éviter que les asticots de la mouche bleue (ou  » à viande ») ne viennent s’établir sur le postérieur des moutons. Les éleveurs leur pèlent cette partie du corps expliquant que ces asticots sont trés dangeureux et qu’ils tuent rapidement et douloureusement les moutons.

L’association PETA dénonce cette pratique barbare durant laquelle les moutons sont enchaînés à une barre métallique à défaut d’être anesthésiés. Selon elle, des éleveurs auraient déjà trouvé d’autres alternatives comme des produits chimiques ou des régimes alimentaires spécifiques évitant la ponte des mouches. L’association a réalisé une vidéo commentée par la chanteuse Pink.

De plus, ces moutons, exportés vers le Moyen-Orient dans une insalubrité complète, sont égorgés comme le veut la tradition et sont souvent découpés avant d’avoir rendu leur dernier souffle.

Les principaux pays producteurs de laines en 2005 (selon l’organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) :

Rang mondial  ;  pays ;   production en tonnes

  • 1, Australie, 508 791
  • 2, Chine, 400 000
  • 3, Nouvelle zélande, 230 000
  • 4, rép islamique d’Iran, 75 000
  • 5, Royaume uni, 60 000
  • 6, Argentine, 60 000
  • 7, Inde, 51 400
  • 8, fédération de Russie, 46 000
  • 9, Soudan, 46 000
  • 10 Turquie, 46 000

 

Les étapes de la confection de la laine, du mouton au pull :

La tonte : 1 fois par an, elle s’effectue au ras de la peau avec des ciseaux mécaniques. Souvent prématurée par rapport au cycle des ovins, elle peut entraîner des décés dûs au froid. Les tondeurs étant souvent rémunérés en fonction du volume produit, ils laissent souvent de coté le bien-être animal, question de rentabilité…

Le triage : Une fois tondue, la laine est envoyée aux pays producteurs où les tris des fibres s’effectuent.

Le lavage : la laine est lavée pour la débarrasser des détritus (paille, herbe, insectes…)

Le cadrage : Demêlage puis défeutrage et peignage pour perfectionner la laine finale.

La filature : Les mèches les plus fines sont étirées et tordues afin d’obtenir un fil.

La teinture : naturellement écrue, on la teint pour obtenir la couleur souhaitée.

Il ne reste plus qu’à tricoter le pull.

Les matières alternatives : le coton, l’acrylique, la flanelle de coton, l’ouatine de polyester, le Polartec Wind Pro, le Tencel.

Les autres matières animales souvent synonymes de maltraitance :

  • le mohair (chèvres)
  • l’angora (lapins),
  • le pashmina et le cachemire (chèvres),
  • l’alpaga ( lama),
  • le cuir,
  • les fourrures (chats, chiens, rongeurs, renards, visons, castors …..)

 

3 Réponses à “Quand la laine devient torture”

  1. remy dominique dit :

    re moi !
    je suis attérée par ce que tu dis de la tonte … ! c’est vraiment horrible de faire subir ces « choses » à des moutons !
    j’ai personnellement une dizaine de moutons mérinos, récupérés pour les sauver de la boucherie et aussi, je dois bien l’avouer pour récupérer leur laine … je suis tisserande « amateur » !
    tous les ans, au printemps(fin mai à mi juin), dès que le froid est derrière nous, je fais venir un tondeur « pro », très sympa avec mes bêtes (sinon il dégage !); ils souffriraient de la chaleur si je ne les faisais pas tondre ! ils ont une belle épaisseur de toison et je vois bien que, quand il fait trop chaud, ils restent prostrés la langue pendante !!!
    j’espère que l’on ne fait pas ces horreurs en france ??? pour les asticots, il suffit de bien surveiller ses bêtes, de mettre éventuellement de l’émouchine sur leur derrière … le tour est joué !
    bien ! courage pour tout… je sais pas comment tu fais pour tenir devant toutes ces horreurs !
    une bise de Gogo (âne), Léda (jument demi trait), vicky (jument haflinger), les 3 cochons « cul noir »(duduche, ubu et ophélie), les moutons, les 2 chèvres, les 4 chiens et 11 chats, les oies, les canards , les poules et les lapins… tous sauvés d’une mort certaine …famille nombreuse ! famille heureuse !
    Dom

  2. free usa people search dit :

    you possess a first-class weblog here! wish to have invite posts
    on my weblog?

  3. josie77 dit :

    j’ai appris des choses aujourd’hui, je pensais que les animaux ne souffraient pas, là je me rends compte que certains souffrent, ceci expliquerait aussi les prix bas, je ferai attention à connaître l’origine des tontes désormais! cependant, nous nous insurgeons contre la barbarie des tontes mais qu’en est-il des animaux que nous mangeons? la barbarie existe partout hélas! et effectivement la tonte n’y échappe pas. En tout cas merci pour l’article même si c’est dur à imaginer….

Laisser un commentaire

 

Association Itineraire Sud |
Area 51'est |
Association D'Char |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réseau Alerte Auvergne
| Classe 87, remember...
| le blog du club de basket d...